Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des 
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Philibert Bonnet
(mentionné de 1535 à 1557)
Acte de Philibert Bonet, docteur en droit, juge ordinaire et lieutenant du bailli royal du Beaujolais.
Ce document sur parchemin de grande taille (carré de 63 cm) comportait à l'origine un seau qui a été arraché, déchirant au passage la signature dont il ne reste que l'initiale. Il a été établi au milieu du XVIe siècle (la date n'est plus lisible).
Du juge en Beaujolais à l'avocat à Paris



Philibert Bonet
(né à Villefranche sur Saône vers 1505; 
mentionné de 1535 à 1557 )

Docteur en droit

Juge ordinaire du Beaujolais et de la Dombes 
Lieutenant du bailli royal

Avocat au Parlement de Paris

Auteur de plusieurs ouvrages en français et latin
Juge ordinaire du Beaujolais :

Propriété des sires de Beaujeu, le Beaujolais est confisqué au connétable de Bourbon en 1522 et confié à Louise de Savoie, puis rattaché à la Couronne en 1532. Le baillage du Beaujolais devient baillage royal et est administré conjointement avec celui de la Dombes par un bailli commun. Mais dans la pratique la justice est exercée par un "juge ordinaire", lieutenant du bailli.

Antoine Bonnet, cousin de Philibert et comme lui docteur en droit, est nommé juge ordinaire de Beaujolais et Dombes par la reine-mère en 1527. Il conserve son poste quand le baillage est rattaché à la Couronne.

Philibert Bonet, né à Villefranche-sur-Saône, capitale du Beaujolais, est pourvu le 4 avril 1535 pour remplir les mêmes fonctions de juge "conjointement avec Antoine et par le survivant des deux".

Cette formule pose vite problème puisque le 6 septembre 1537 le roi François 1er défend à Philibert d'exercer ses fonctions avant la mort d'Antoine qui intervient en 1544.

En 1547 Henri II crée un baillage de Dombes, séparant ainsi les deux provinces. Philibert Bonet reste juge ordinaire du Beaujolais.
Lieutenant des baillis d'Albon de Saint-André :
 

Le juge ordinaire rend ses sentences pour le compte du bailli royal, occupé à hautes fonctions dans le royaume qui l'éloignent de la province. A l'époque un père et un fils de la famille d'Albon de Saint-André se succèdent au poste de bailli de Beaujolais et Dombes.

Jean d'Albon de Saint-André, né en 1472, est gouverneur de Lyon et proche de François Ier. Il décède à Lyon le 28 décembre 1549 (portrait de gauche).
Gouverneur du Roannais en 1502 il devient ensuite chambellan d'Anne de Beaujeu puis, en 1512, du roi Louis XII. Il est ensuite promu bailli du Beaujolais et sénéchal de Mâcon.

Son fils, Jacques d'Albon de Saint-André, né en 1512 et mort le 19 décembre 1562 à la bataille de Dreux, est un maréchal de France qui se distingue dans les guerres contre les Espagnols et les guerres de religion (portrait de droite).
À la fin de l'année 1549, à la mort de son père, il hérite de ses titres et ses charges : il est officialisé sénéchal de Lyon, puis gouverneur et lieutenant général du Lyonnais, Dombes, Forez, Beaujolais, Haute et Basse-Auvergne, Bourbonnais, Haute et Basse Marche, Combrailles et baillage de Saint-Pierre-le-Moûtier les 14 et 15 janvier 1550.
Auteur de livres de droit :
 

Philibert Bonet a publié plusieurs livres de droit, en français et en latin :
 
  • Svbtilissimae Legis, Neqve Natales C. De Probationibus. & eius glos. (quæ arduæ probandi materiæ clauis & principium est,) Noua & utilis Interpretatio, Repetitio, atque examinatio, in qua præcipuæ Iuridice? probandi Leges ... (1536)
  • Des Proces judicielz quand c'est mal faict ou non de les avoir et soustenir et comment se doit entendre ceste authorité de S. Paul (I. Cor. 6.): c'est totallement delict en vous qu'ayez jugemens entre vous, pourquoy ne recevez vous plustost injure? pourquoy ne souffrez vous plustost fraude? et autres semblables authoritez ... (1553)
  • Moyens pour abréger les procès et oster les empeschemens de bonne et brefve expédition de justice, faictz par manière de conseil et advis(1556)
  • Explicatio eius, quod interest vera & legitima hactenus desiderata (1556)
  • A l’hôtel-Dieu de St Georges de Reneins :
     

    En 1551 Philibert Bonet procède à l'installation de Me François Romanet comme administrateur de l'hôtel-Dieu de Rogneins (Saint-Georges-de-Reneins au nord de Villefranche-sur-Saône).

    Le début de son acte est tout à fait semblable à celui qui figure sur mon document :

    « Nous Philibert Bonet docteur en droit, juge ordinaire et lieutenant de Monsieur le Bally de Beaujolloîs pour le roy notre sire, scavoir faisons à tous que le vingt septième du mois d'avril mil cinq cent cinquante un, à Villefranche, en boutique des Greffes dud. Sieur s'est présenté pardevant nous M* François Romanet prétre de la paroisse de Rogneins, … »

    François Romanet avait fondé l'hôpital « pour la substentation et nourriture des pauvres de Dieu passans et repassans par lad, paroisse et pour iceux recevoir en lad, maison et Hôtel-Dieu ».
    Eloge des femmes :
     

    Chose surprenante au XVIe siècle, Philibert Bonet est l'auteur d'un livre à la louange des femmes :

    « Summaire des grands biens vertus & bontez, que Dieu à doné aux femmes, & qu'elles ont communement plus que les hommes » (1558).

    Dans la même période Philibert Bonet loue les qualités de la Vierge :

    « Les excellentes dignitez, vertus et puissances de la Vierge Marie » (1557).
    Jean Gaspard, sieur du Sou, son successeur comme juge ordinaire :
     

    Claude Gaspard, écuyer, sieur du Sou, de Bionnay et de Haute-Chanal, possède le château du Sou à Lacenas (photo).

    En 1551 il est pourvu de l'office de Maître des eaux et forêts du Beaujolais et Dombes. Philibert Bonet demande un complément d'enquête avant la prise de poste sur sa vie et mœurs, en vérifiant en particulier qu'il est bon catholique.

    Quelques années après Claude Gaspard du Sou succède à Philibert Bonet comme juge ordinaire du Beaujolais. Il est nommé le 6 mars 1554.
    Avocat au Parlement :
     

    Philibert Bonet semble avoir quitté très vite Villefranche à la fin de son mandat de juge ordinaire. Il devient avocat au Parlement de Paris.

    En 1556 il est l'auteur d'un pamphlet « Epistre exhortatoire a Monseigneur le connétable, à ce qu'il lui plaise, estre le moyen d'oster les empeschemens de bonne & brefue administration de iustice : par les raisons cy escrites, ou autres meilleures » où il est mentionné qu'il est avocat au Parlement.

    Et le 24 juillet 1557 les minutes du notaire François Cartault mentionnent la constitution d'une rente à son profit :

    « Constitution par Nicole Fauchet, procureur au Châtelet, Claude Fauchet son fils, avocat au Châtelet, et Jeanne de Morel femme de Claude, à Philibert Bonnet, avocat au Parlement, ancien lieutenant général en Beaujolais, de 80 livres tournois de rente, moyennant 960 l.t.. ».
    Sources :

    Pierre Louvet, Histoire du Beaujolais : manuscrits inédits des XVIIe et XVIIIe siècles 
     
    > Histoire du Beaujolais, 1903 
     
    > Samuel Guichenon : Histoire de la souveraineté de Dombes : justifiée par titres, fondations de monastères, anciens manuscrits 
     
    > Académie de Villefranche et du Beaujolais, Bulletin de la Société des sciences et arts du Beaujolais, janvier 1900
     
    > Abel Besançon, Cartulaire municipal de la ville de Villefranche (Rhône), 1907 
     
    > Worldcat 
     
    > Moreri, Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane. Tome 2 
     
    > Minutes et répertoires du notaire François Cartault, Paris, 1539 – 1562 (p. 196)  
     
    > Jean d'Albon de Saint-André 
     
    > Jacques d'Albon de Saint-André 
     
    > Jean Gaspard, sieur du Sou 

    Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparaît à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



    Créer un site
    Créer un site