Ombres de mes livres

 

… où j’ai cherché à esquisser les silhouettes des 
premiers possesseurs de mes livres anciens.
 
 
 
Anne-Léon Ier de Montmorency-Fosseux
(1705-1785)
 
Le livre :

Jacques Saurin

Sermons de l'écriture sainte


à Lausanne, chez M. M. Bousquet, 1761

Le fer du possesseur :


Ecu timbré d’une couronne ducale coiffée
et posé sur un manteau de pair :

« D'or à la croix de gueules cantonnée de seize alérions d'azur. »

Cri de guerre :  « DIEU AIDE AU P. BARON CHRETIEN »
La devise en grec « ΑΠΛΑΝΩΣ » (Aplanos) signifie "tout droit", "sans dévier".


 


Jeton aux armes d'Anne-Léon de Montmorency
1768
Anne-Léon Ier de Montmorency,
baron de Fosseux

Le « baron de Montmorency »
Seigneur de Courtalain, de Bois-Ruffin, du Plessis, d'Arrou, de Modave et du Vernet 

(Courtalain, 14 septembre 1705 - Paris, 27 août 1785)

Premier baron chrétien 
Premier baron de France

Chef de nom et d'armes des Montmorency


Lieutenant général des armées du Roi 
Commandant en chef du pays d'Aunis 

Menin du Dauphin, chevalier d'honneur de Mme Adélaïde
Chevalier des Ordres du Roi 
Chef d’armes des Montmorency mais pas encore duc
La plus ancienne famille noble d’Ile de France :

Les Montmorency constituent l'une des maisons nobles les plus anciennes et les plus prestigieuses de France.

Mentionnés avant le Xe siècle ils acquièrent en 997 le château de Montmorency au nord de Paris.

La maison de Montmorency a donné à la France six connétables, douze maréchaux, quatre amiraux de France, un cardinal, un vice-roi de Nouvelle-France, des pairs de France, des gouverneurs et d'autres personnalités.

La branche de Fosseux des Montmorency est issue de Jean II de Montmorency, Grand chambellan de France, qui épouse en 1422 Jeanne de Fosseux, dame de Fosseux et d'Auteville.

 
En 1551 François Ier érige la baronnie de Montmorency en duché-pairie au bénéfice de son favori Anne de Montmorency. La terre de Montmorency passe aux Bourbon-Condé qui commuent le duché de Montmorency en duché d'Enghien en 1689. 

À la suite de ce changement le duc de Piney et de Beaufort, un héritier mâle de la maison de Montmorency (maison de Montmorency-Bouteville-Piney-Luxembourg ; mais pas l'aîné, qui est alors un Montmorency-Fosseux), est autorisé à changer le nom du duché de Beaufort en duché de Montmorency.
L’ainé des Montmorency :

Anne-Léon Ier de Montmorency-Fosseux, appelé le « baron de Montmorency », est le "chef de nom et d'armes" de l'ensemble de la vaste famille des Montmorency.

Il porte le titre de " Premier baron chrétien" ou " Premier baron de France" et, en tant qu'aîné de la famille, il est le seul à mettre dans ses armes le cri de guerre des Montmorency : « DIEU AIDE AU P. BARON CHRETIEN ».

Les Montmorency-Fosseux portent les armes "plaines" (sans brisures) des Montmorency depuis que Pierre Ier de Montmorency-Fosseux est devenu en 1570 l'aîné des Montmorency.
Père du duc de Montmorency :

Bien que chef de la famille de Montmorency Anne-Léon Ier de Montmorency-Fosseux n'est pas duc de Montmorency.

Ce titre est détenu par une branche cadette de la famille, les Montmorency-Luxembourg, qui brisent les armes des Montmorency par un écusson au lion des Luxembourg.


La petite-fille du maréchal de Luxembourg, duc de Montmorency, épouse en 1767 Anne-Léon II de Montmorency-Fosseux (photo), le fils du baron de Montmorency.

Par ce mariage la branche aînée des Montmorency acquiert enfin le titre de duc de Montmorency.
Carrière militaire :

Le baron de Montmorency est successivement capitaine-lieutenant des gendarmes d'Anjou, brigadier de cavalerie, capitaine-lieutenant des gendarmes de la Reine, maréchal de camp et enfin, en 1748, lieutenant général des armées du Roi.

Il sert au siège de Kehl en 1733, au siège de Philippsbourg en 1734, au siège de Fribourg en 1744, à la bataille de Fontenoy, au siège de Tournai, au siège d'Oudenarde, au siège de Dandermonde en 1745. Il couvre le siège d'Anvers, le siège de Mons, le siège de Charleroi, sert au siège de Namur, combat à la bataille de Rocourt en 1746, à la bataille de Lauffeld et couvre le siège de Bergen-op-Zoom en 1747. En 1757, il se trouve à la bataille d'Hamstelbeck et concourt à la prise de l'électorat de Hanovre.
Fonctions à la Cour et en province :

Le baron de Montmorency est nommé en 1746 menin du Dauphin (photo).
Il devient en 1750 chevalier d'honneur de Mme Adélaïde.

Il occupe en province les postes de gouverneur de Salins en 1752 et de commandant en chef du pays d'Aunis en 1771.

Il devient en 1736 chevalier de l'Ordre militaire de St Louis. En 1749 Louis XV le nomme chevalier des Ordres du Roi.
Gendre de l’installateur de la Machine de Marly :

Le 11 décembre 1730 le baron de Montmorency épouse Anne Marie Barbe de Ville. 

Elle est la fille d'Arnold de Ville, bourgeois et entrepreneur liégeois.

Venu en France pour se mettre au service de Colbert, de Ville propose à Louis XIV la construction de la Machine de Marly destinée, depuis la Seine, à alimenter les parcs des châteaux de Versailles et Marly. 

Ce chantier lui rapporte une fortune considérable dont hérite le baron de Montmorency.
Cousin du cardinal de Bernis :

Les familles de Bernis et de Montmorency-Fosseux ont des liens de parenté. Aussi lorsque le jeune Bernis monte à Paris il est recommandé à Léon de Montmorency-Fosseux, le père du baron de Montmorency.

Par la suite, alors qu'il entreprend d'importantes négociations pour la Cour, Bernis, qui n'a pas d'appartement, loge chez son cousin le baron de Montmorency.

C'est Bernis qui obtiendra pour le baron l'une des six places de menin du Dauphin.
Le Château de Courtalain :

Le baron de Montmorency est né au château de Courtalain situé à la limite du Perche et du Dunois.

Bâti en 1483 par Guillaume d'Avaugour, le château entre dans la maison de Montmorency par le mariage de Jacqueline d'Avaugour avec Pierre Ier de Montmorency-Fosseux en 1553.

Au XVIe siècle les Montmorency remplacent la vieille forteresse médiévale par un château Renaissance qui devient la principale propriété de la branche des Fosseux.
Le château de Modave :

Le château de Modave est situé dans la province de Liège en Belgique.

La première construction remonte au XIIIe siècle mais il est reconstruit en 1655-1657 par le comte Jean-Gaspard de Marchin.

Plus tard, le château devient propriété du prince-évêque Maximilien-Henri de Bavière, qui le cède au cardinal de Furstenberg. Arnold de Ville en prend possession par saisie hypothécaire sur les héritiers du cardinal.

Le château est transmis par la fille d'Arnold de Ville au baron de Montmorency.
L’hôtel de Montmorency-Fosseux :

L’hôtel de Montmorency-Fosseux est situé au 4 rue de Tournon à Paris. 

Au milieu du XVIIe siècle se dresse sur cette parcelle l’hôtel de Palaiseau. Par succession, la demeure se transmet à Isabelle de Harville (1629-1712) et à son mari, François de Montmorency-Fosseux, le grand-père d'Anne-Léon 1er.

L'hôtel actuel date de 1783. Implanté entre cour et jardin il se singularise par un péristyle central reposant sur quatre colonnes ioniques.

Le baron de Montmorency était un grand bibliophile. L'armorial de Guigard écrit à ce propos :

« La marque de cet amateur pourrait montrer, s’il en était besoin, à quel degré le [baron] de Montmorency aimait les livres.

Sa collection était des mieux choisies, et les livres se distinguaient par la beauté de l’édition et la richesse de l’habillement.

Aussi sont-ils très recherchés des amateurs. Beaucoup de volumes de cette provenance se trouvent dans les diverses bibliothèques de Paris et particulièrement à la Bibliothèque Nationale. »
Sources :

> Michel Vasseur : La famille de Montmorency 

Histoire généalogique de la maison de Montmorency  

> Racines Histoire : Montmorency 

> Wikipédia : Maison de Montmorency 

> Wikipédia : Liste des ducs de Montmorency

> Wikipédia : Anne Léon Ier de Montmorency-Fosseux

> Bulletin de la Société dunoise : Baron de Montmorency et Château de Courtalain 

> Paris-promeneurs : Hôtel de Montmorency-Fosseux 

> Base Mérimée : Hôtel de Montmorency-Fosseux 

> Base Mérimée : Château de Courtalain 

> Wikipédia : Château de Courtalain 

> Wikipédia : Château de Modave 

Jean-Paul Desprat : Le Cardinal de Bernis

> Wikipédia : Arnold de Ville 

> Joannis Guigard : Nouvel armorial du bibliophile : guide de l'amateur des livres armoriés. Tome 2 / page 368

> Eugène Olivier, Georges Hermal, Robert de Roton : Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, planche 809


Les textes et documents utilisés dans cet article proviennent des sources mentionnées ci-dessus. Je me suis efforcé de n’utiliser que des éléments qui font l’objet d’une diffusion publique mais, s’il apparaît à l’un des propriétaires de textes ou d’images que j’enfreigne ses droits, je le remercie de le signaler ; cela sera retiré immédiatement.



Créer un site
Créer un site